Plat du jour - Société

Macron : dégustation à l'aveugle et confidences sur le vin

Ecrit par Mathieu Oudot le 09.05.2017

VIDEO - Quelle appellation préfère-t-il ? Rothschild est-elle une banque ou une bouteille ? Bref, tout est passé au crible dans une interview accordée au journal SudOuest


CC SUD OUEST

" Un repas sans vin, c'est un repas un peu triste " Le ton est donné pour décrire ce qui égaye un repas, le vin, l'art à la française. La politique c'est comme une boîte de chocolats, mais c'est aussi une bonne quille de vin ! A la question de sa couleur préférée, Emmanuel Macron répond "les deux" sans hésiter, blanc et rouge, mais ça dépend des plats. Evidemment. Et des régions ! S'il devait trancher, il opterait sur un rouge. Et s'il devait n'en rester qu'un, ce serait un rouge de Bordeaux. De quoi faire sourire Alain Juppé et ses compatriotes girondins. Et dans les Bordeaux, des préférences ?

Des noms, des noms !

Il cite Chasse-Spleen en Moulis, Roc de Cambes dans les Côtes de Bourg, un des plus chers de l'appellation. "Au moins un le midi et un le soir" mais avec modération bien sûr. Ne laisons pas les autres régions. Il n'oublie pas les Château-Neuf-du-Pape, cite également les Bandol et les Corses, qui ont fait beaucoup d'efforts ces dernières années. Il parle toujours de vin ou de politique là ?

En Bourgogne, il préfère le Blanc, plus gras et moins acide qu'à Bordeaux. Chablis, son pêché migon. Et même Rully, mais en Rouge !
 
Le Socle, c'est un verre de vin de Bordeaux Emmanuel Macron


"On est pénalisé par rapport aux Chiliens qui ont des droits de douane plus faibles." Peut-être fera-t-il des efforts pour la filière pendant son mandat, l'avenir nous le dira.

Trois dégustations à l'aveugle, blanc, rosé et rouge

A l'aveugle, il déguste Château Lauduc, un blanc sec de Bordeaux. Il trouve la région sans se tromper, Entre-Deux-Mers, même s'il le trouve trop acide et un peu citronné. Il goûte un rosé également, même s'il n'aime pas trop, ou du moins un peu moins, l'été seulement, mais il trouve aussi à l'aveugle la région de Provence. Jusque là, c'était facile, mais c'est un sans faute. Enfin, il trouve le rouge "le nez ne trompe pas" à Bordeaux sans aucun doute, mais un peu trop au nord pour le coup, en citant Pauillac à la place de Pessac. Il faut dire que le millésime 2005 n'aide pas forcément à les différencier. Cette fois, il finit son verre.... de Pape Clément 2005 ! La suite en vidéo par nos confrères de SudOuest
 
Source : Terredevins

 

Mots-clés : macron vin rouge - en marche repas - emmanuel macaron

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/societe/macron-degustation-a-l-aveugle-et-confidences-sur-le-vin/1660