Plat du jour - Société

Bo&Mie, boulangerie ou nouveau lieu de vie boulanger ?

Ecrit par Fred Ricou le 14.06.2018

Une boulangerie de 240 m2 en plein centre de Paris, un lieu de vie étonnant où l’on peut venir petit-déjeuner et déjeuner de produits de belles qualités tous faits sur place, c’était le pari audacieux de Jean-François Bandet, l’ancien co-créateur de la marque de sport Venum. Du sport à la boulangerie, le “gap” était immense et pourtant cela s’appelle aujourd’hui Bo&Mie
 

Photo Bo&Mie

 

Présent à Paris depuis 20 ans, en 2014 Jean-François Bandet revend les parts de la société d’articles de sport Venum qu’il a cocréée. Il aime les nouveaux défis, il aime la gastronomie, il suit donc une formation à l’école Ferrandi avec pour objectif de créer une société de boulangerie. Son C.A.P. en poche pour à la fois comprendre les gestes et mettre la main à la pâte quand il y en a besoin, Jean-François Bandet  a ouvert en novembre dernier Bo&Mie, une immense boulangerie créative où l’on peut aussi bien acheter son pain, que s’arrêter manger un sandwich, une petite salade,  une quiche, une pâtisserie (les croissants framboises sont à tomber…)  ou encore boire un simple café, un mélange des genres, à la fois boulangerie, coffee shop et restaurant. 
 
Il a fallu tout créer à l’intérieur, il n’y avait rien. Depuis six mois, les clients viennent en continu et cela progresse tranquillement. Des habitués, des personnes qui viennent déjeuner, des touristes le week-end.
Il faut que dire Bo&Mie est plutôt bien placé au croisement de la rue de Turbigo et de la rue Saint Denis, on ne peut plus central. Le quartier des Halles, juste à côté, commence à sortir la tête des travaux. 
 
Un peu comme les restaurants où les cuisines sont ouvertes à la visibilité du public, Bo&Mie est également dans cette optique et ouvre ses gestes aux personnes curieuses de voir ce qui peut bien se passer dans l’arrière-boutique, histoire de vérifier que tout est réellement fait sur place et qu’il n’y a pas tromperie sur la marchandise. Les touristes viennent régulièrement discuter avec le chef boulanger pendant que celui-ci s’active avec ses pâtons. Le concept est également dans le partage. Si l’on est très gentil, il est possible de venir voir comment tout se fait aussi bien côté boulangerie que côté pâtisserie. Une dizaine de personnes y travaille tous les jours… 
 
Les farines sont souvent biologiques, certifiées Label Rouge, de toutes sortes pour les différents pains. Jean-François Bandet l’affirme, il n’y a aucun mix ni additif dans ses farines; pour lui, c’est extrêmement important… 
 



En à peine six mois, le responsable a déjà des envies d’ailleurs, l’idée de s’installer à d’autres endroits de la capitale : « On commence à regarder ailleurs, mais il ne faut pas se presser » et d’ajouter : « On ne veut pas forcément des endroits aussi grands, mais peut-être des boulangeries où l’on ferait le pain sur place et la pâtisserie se ferait dans le premier magasin. Il faut y réfléchir, mais l’on a encore beaucoup de travail ici ». 
 
Avec ce regard d’entrepreneur et de boulanger nouvelle génération, Jean-François Bandet voit le présent et le futur de la boulangerie à l’image de ce qu’il a réalisé avec Bo&Mie : « Déjà, il faut que tout soit fait maison. Qu’elle fasse de gros volumes pour ainsi avoir une équipe importante et ne pas s’interdire également de sortir à la périphérie de la boulangerie, comme le snacking, des glaces, des boissons froides pour l’été qui arrive… Si l’on veut s’en sortir par rapport à des Monoprix, des Paul, il faut que l’on amène un service en plus et qu’elle soit dans le haut de gamme ». Pour Bo&Mie, on est décidément dans le compromis du beau et du bon, qui plus est abordable avec le service qui va avec. Le « fait maison » est écrit partout, on a vu, on a goûté, on valide amplement.  




Boulangerie Bo&Mie

18 rue de Turbigo
75002 Paris

 

Mots-clés : boulangerie paris - entreprise croissant - changement de vie

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/societe/bo-mie-boulangerie-ou-nouveau-lieu-de-vie-boulanger/2161