Plat du jour - Société

Nouveau plan pour les semences et plants proposé par le ministère de l'agriculture !

Ecrit par Bérengère Condemine le 15.12.2016

Stéphane Le Foll se lance dans un nouveau plan « Semences et plants pour une agriculture durable ». La France connait une production de masse, qui a pour une conséquence une baisse de variétés. Alors que certains n’ont pas attendu pour lutter contre cette disparition, le ministère de l’Agriculture tente à son tour de réduire ce problème. 

 


CC PIXABAT PublicDomainPictures
 

Le  Gnis (Groupement national interprofessionnel des semences et plants) annonce un chiffre d’affaires en « baisse notable », alors que l’année 2015-2016, a connu de très bons résultats. La moisson « désastreuse » de 2016 aurait un impact économique par conséquent sur l’année 2016-2017. 

 

Alors que la France est le premier sur le secteur semencier dans l’exportation mondiale, et qu’elle a connu un chiffre d’affaires de plus de 3 milliards d’euros, différents axes sont proposés pour prendre de nouvelles mesures dans le domaine, ainsi que sur les plans techniques et réglementaires. 

 

L’objectif du ministère se porte sur la conservation, la diversification des cultures, l’innovation, ainsi que la certification des semences. Un moyen de faire en sorte de garder une « excellence » dans la filière française, favoriser une agriculture performante, au niveau économique et social. 

 

Stéphane Le Foll souhaite faire connaitre le monde des semences et plants au grand public. Selon lui, c’est un secteur qui « comme les sols (est) un élément clé pour répondre aux enjeux économiques et environnementaux auxquels l’agriculture d’aujourd’hui et de demain doit faire face ». 

 

« La diversité des semences et leur conservation dans le temps sont essentielles pour contribuer à l’adaptation des plantes au changement climatique et répondre aux défis de la sécurité alimentaire mondiale et de la préservation des ressources ». 

 

Une tentative de conservation du patrimoine. Un plan qui touche à l’agriculture, certes, mais pas aux agriculteurs. Alors que ces derniers sont obligés de s’endetter lors de l’achat de graines pour survivre. La production mondiale est détenue par 5 multinationales, obligeant l’hybridité des graines sur 95 % des champs français. 


Sources : ALIMENTATIONGENERALE - AGRICULTURE.GOUV - LAFRANCEAGRICOLE

 

Mots-clés : semences plants ressources - environnement agricultures graines - graines hybrides multinationales

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/societe/nouveau-plan-pour-les-semences-et-plants-propose-par-le-ministere-de-l-agriculture/1296