Plat du jour - Société

Monsanto, Bayer, ou Syngenta : ces géants redoutés de l'industrie

Ecrit par Lucie Pochet le 10.11.2016

VIDEO — Monsanto, Bayer, ou encore Syngenta sont des géants de l’industrie que les agriculteurs redoutent. Mais pas que. Le monde prend conscience petit à petit et se réveille. Il faut réagir face à ce qu’il pousse dans nos champs, et envahit nos assiettes. Tout devient chimique, à commencer par les graines.

 

Seeds
Rebecca Siegel, CC BY 2.0
 

Le verrouillage des graines 

 

La nature va finir par ne plus trouver sa place. Car oui, c’est ce qu’il risque d’arriver. Les industries ont trouvé une solution, non pas pour nourrir correctement la planète, mais pour se remplir les poches plus que convenablement. Grâce à quoi ? (Ou plutôt à cause…) L’hybridité. On croirait à un cours de SVT du lycée, mais non. C’est bien plus grave, car 95 % des champs en France sont parsemés de graines hybrides, et par ce terme, entendons stériles. Et évidemment, qui dit stérile, dit que les agriculteurs n’ont plus d’autonomie et doivent acheter leurs semences chaque année aux grands méchants loups qui ne font pas de tarifs d’amis. Évidemment, puisque les graines vendues ne repoussent pas. Les lois sont simples et se résument à une seule chose : « le catalogue officiel des espèces et des variétés ». Finalement, ils n’ont pas d’autres choix que de suivre ce livre et de débourser une somme astronomique pour pouvoir travailler dans les règles, sinon on penserait presque que ce sont des « hors-la-loi ». Mais certains commencent à prendre conscience de la machination des grandes entreprises… Les agriculteurs essayent d’échapper au maximum de leurs griffes en essayant d’avoir de « vraies graines ». Mais un producteur doit, s’il a quelques graines dites « normales », ne pas les vendre ni les donner…

 

La fin de la biodiversité 

 

Finalement, la biodiversité ne fait plus partie, ou très peu, de nos terres. Et tout se ressemble. Les grains de maïs sont identiques, les feuilles de salade sont de la même couleur… Nous laissons place à la production de masse, qui ne respecte ni la nature, ni les agriculteurs, ni les personnes qui mangent ces produits, pour faire court, les géants du chimique ne respectent rien : les organismes génétiquement modifiés, les pesticides… et bien plus. Faire ce qu’ils font, c’est-à-dire, la superbe méthode hydride (ou pas), leur rapportent 769 millions d’euros. Pour que ce soit clair, cela représente 1/3 du chiffre d’affaires de toutes les semences françaises. Leurs vacances doivent être pas mal… Et ce, à défaut de laisser les agriculteurs travailler leur terre comme ils le souhaitent. Ils ont la main mise sur le monde, et sur ce que nous consommons. Les produits sont loin d’être naturels, mais surtout bourrés de la chimie, puisqu’ils ne savent faire que ça.

 

Les fabricants de mort ?

 

Rappelons que ces mêmes industries qui nous nourrissent ont aidé durant les guerres. Bayer a participé à la fabrication du Zyklon B, ce gaz utilisé par les nazis pour tuer des milliers et des milliers de personnes pendant les camps de concentration. Ou encore Monsanto, qui pendant la bataille contre le Vietnam, a élaboré un agent orange, herbicide, qui a été répandu dans les forêts dans le seul but de tuer. Et ces produits qui ont causé tant de soucis, sont aujourd’hui recyclés en pesticide pour l’industrie, et se retrouvent donc sur les produits que nous mangeons. Rien n’est plus affligeant que cette information. Nous nous faisons empoisonner chaque jour un peu plus. Et nous arrivons à nous étonner de l’arrivée de nouvelles maladies. Monsanto veut nous faire croire qu’en Europe, les OGM, c’est terminé, mais on a quand même du mal à croire cela.

 

Avec des graines hybrides imposées, et des pesticides tueurs, quel est réellement l’avenir pour nos graines ? Tout cela est contre nature. Jean-Pierre Berlan, agronome plus qu’amoureux de la nature qui l’entoure, se révolte et explique que « les semences actuelles sont entre les mains de fabricants de morts ». Et leur but n’est pas de se préoccuper de si la planète mange correctement, mais de profiter de toutes les occasions pour avoir un centime de plus.

 

Un taux de suicide affligeant

 

D’ailleurs, plus ils ont de l’argent, plus les populations s’endettent. Le taux de suicide chez les agriculteurs ne cesse d’augmenter. Forcément… c’est un cercle vicieux qui ferait presque plaisir aux « semenciers ». Certains empruntent même dans les banques pour pouvoir travailler, et, quand la récolte est mauvaise, la fin est souvent tragique. Surtout dans les pays de l’Inde. Le prix des semences est très cher pour les producteurs indiens. Et cela cause plus d’une centaine de milliers de suicides : emprunt, endettement, mauvaise pousse, incapacité de rembourser, augmentation des intérêts. Et c’est n’est pas normal de faire face à autant de morts.

Finalement, les grands géants de l’industrie sont forts puisque, même sans chimie, ils arrivent à tuer. 

 

Voici un reportage plus qu’intéressant qui plonge dans le monde caché des graines : 

 
 

 

Mots-clés : hybridité - géants de l'industrie chimique - Monsanto Bayer

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/societe/monsanto-bayer-ou-syngenta-ces-geants-redoutes-de-l-industrie/1121