Plat du jour - Société

La Maison Bonnat ouvre sa première boutique parisienne

Ecrit par Fred Ricou le 23.11.2017

Depuis 133 ans la maison Bonnat, installée à Voiron en Isère, fait le bonheur des palais fins, des gourmets sucrés, des gourmands de tous âges. Patrimoine gastronomique français vivant, la maison est distribuée dans énormément d’épiceries fines. Alors que les différents chocolats sont présents à Paris depuis 100 ans, une boutique Bonnat vient d’ouvrir pour la première fois dans la capitale.

 
 
C’est en 1884 que Félix Bonnat crée son atelier de chocolatier-torréfacteur et que quelques années plus tard les « pavés de Voiron » voient le jour. Ces petites gourmandises chocolatées sont présentes très rapidement dans plusieurs villes françaises et se retrouvent même dans les comptoirs coloniaux. Six générations plus tard, Stéphane Bonnat, mainte fois auréolé du titre de « meilleur chocolat du monde », ouvre sa première boutique à Paris même.
 
« C’est l’occasion qui a fait le larron ! » nous explique le chocolatier « D’avoir la possibilité de mettre en avant la totalité de la gamme, ce qui ne se fait nulle part ailleurs, c’était à saisir ! ». Depuis 133 ans, on ne peut que s’étonner que l’opportunité n’ait jamais vu le jour auparavant, ce à quoi Stéphane Bonnat explique : «  Beaucoup de nos produits ne répondent pas aux requêtes des vendeurs c’est à dire, être fermé, sous cello,…  donc là on ouvre une boutique Bonnat et l’on fait ce que l’on veut ! ».
 
Depuis le début de son histoire, la maison Bonnat est associée à la tradition, mais également à la modernité et quand on a plus de 130 ans d’histoire, on essaye toujours, et malgré un nombre évident de concurrents, de jongler entre les deux et la seule solution c’est « la passion dans ce que l’on fait ! » affirme le chocolatier. Pour les 130 ans à venir, si Stéphane Bonnat n’a pas réellement un plan pour la suite « On n’a pas d’objectif, c’est toujours un peu au débotté… », c’est « naturellement » que la marque évoluera : « On n’est pas vieillot, on est séculaire, mais relativement avant-gardiste… » que cela soit dans les cacaos de différentes origines, mais également les spécialités de la maison comme les écorces d’orange au chocolat, les gâteaux de voyage, la maison Bonnat a toujours été en première ligne. Stéphane Bonnat d’ajouter « Dans les années 80, on nous disait :  « Mais qu’allez-vous faire avec des chocolats d’origines ? Du chocolat, c’est du chocolat ! »  Aujourd’hui, il n’y a pas une maison qui ne le fait pas ! » Parce que ce qui fait aussi la différence de cette belle maison c’est, contrairement à beaucoup d’autres, le fait d’aller chercher elle-même les fameuses fèves de cacao et tout maîtriser de bout en bout de la chaîne : « C’est une obligation ! Quand je veux donner des informations, il faut que cette information soit vraie ! L’implication, c’est aussi pour éviter de scier la branche sur laquelle nous sommes assises. »
 
Déjà, la génération suivante de Bonnat est sur le pied de guerre. Présent lors de l’inauguration, Antoine, 22 ans prendra la suite avec son frère et peut-être même sa sœur actuellement en 1ere S. Avec un Master 1 de Marketing, Antoine Bonnat connaît déjà la tâche ardue qui l’attend : «  C’est compliqué. On représente la 7e génération d’une famille qui n’a fait que réussir jusque là. La formation de chocolatier n’existe plus et l’on se repose seulement sur ce que l’on veut bien nous « transmettre ». Avec mon frère, nous sommes dans les traces de mon père et il nous a poussé à faire des études, contrairement à beaucoup de famille qui « recrute » à 18 ans. Partir de notre côté ou perpétuer une tradition de presque 134 ans est un choix extrêmement compliqué pour nous ! »
 
Antoine Bonnat semble avoir choisi parce qu’il a déjà quelques idées pour la suite, contrairement à son père : « Je vois une évolution vers les marchés américains. C’est un pays qui n’est pas encore adapté aux normes de qualité françaises. Nous sommes déjà sur le continent asiatique. En dehors de la Californie, progressiste et souvent tourné vers l’Europe, notre côté traditionnel ne touche pas encore les Américains. Donc, pourquoi pas ne pas s’implanter sur ce territoire ? »
 
Peut-être que les États-Unis se tourneront avec plaisir vers la maison centenaire. Au moment de la création de l’univers du film Charlie et la Chocolaterie, les équipes du film de Tim Burton se sont inspirées de la charte graphique des tablettes de chocolat Bonnat pour réaliser celle de Willy Wonca. C’est certainement de bon augure pour la marque et pour le futur et là, pas besoin d’un Golden Ticket pour y arriver.


Maison Bonnat
189 rue du Faubourg Saint Honoré
75008 Paris

 

Mots-clés : chocolat maison - tradition bonnat - voiron isère

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/societe/la-maison-bonnat-ouvre-sa-premiere-boutique-parisienne/1965