Plat du jour - Société

Cinq fruits et légumes par jour, une mise à jour s'imposait

Ecrit par OB-Wan Sashimi le 26.01.2017

On connaît tous le refrain lancinant de « pour votre santé, consommez 5 fruits et légumes par jour ». Cette ritournelle parfois agaçante (les publicités radiophoniques ayant la palme) provient de la dernière étude de l’ANSE (agence nationale de sécurité sanitaire). Le problème est que cette étude datait déjà de 2002. 

 

Il était grand temps de vérifier ou en est désormais la consommation des Français afin d’éditer de nouveaux conseils et le cas échéant de modifier ou d’inventer de nouvelles petites phrases magiques pour avertir, et à terme, faire évoluer la consommation dans le bon sens. Celui d’une nourriture qui contribue à l’amélioration de la santé ou du moins à la prévention de certaines maladies chroniques. C’est chose faite depuis la publication du 23 janvier 2017.

 

CC0, pixabay


Hippocrate ne travaillait pas à l’ANSES pourtant, il avait déjà vu juste dans ses conseils : « Que l’alimentation soit ta première médecine », et cela, 400 ans av. J.-C., il serait peut-être temps d’en prendre acte.

 

La consommation des Français a donc une nouvelle fois été passée au peigne fin puis mise en parallèle avec l’évolution de certaines pathologies. Dans les faits, il s’agit de couvrir les besoins alimentaires des hommes et des femmes, tout en s’éloignant de consommations risque. Voici les grandes lignes de cette étude bienveillante.

 

Il semblerait d’abord que, malgré l’année des légumineuses décrétée en 2016, les Français(es) n’en consomment généralement pas assez. Lentilles, pois, haricots sont trop délaissés malgré leur intérêt nutritif, protéines, fibres, micronutriments, etc. Une consommation d’à peine 11 a 15 g par jour est constatée chez nos concitoyens alors qu’il serait souhaitable de l’amener de 35 voir 100 g/jour même pour mesdames dont le besoin est plus grand. Les 5 fruits et légumes par jour restent plus que jamais d’actualité, et plus si affinité.

 

Il nous faut aborder le point qui fait le plus mal de toutes ces recommandations : la charcuterie. Certains diront à la lecture de ces mots : « Moi ? Je n’en mange quasiment jamais ! » Mais les faits sont là, on en consomme trop, de 26,5 g/jour jusqu’à 66 g/jour pour les amoureux du saucisson quand l’ANSES nous rappelle que 25 g/jour devrait être la quantité maximum consommée.

 

Et puisqu’on est dans l’épineux cas de la viande, ces recommandations nous rappellent qu’il ne faudra pas dépasser 500 g de viande par semaine, hors volaille. Et pour ce qui est de la viande à nageoires, il faudrait en consommer au moins deux fois par semaine, dont une fois des poissons dits « gras », tels que sardines, maquereaux, anchois, harengs ou saumon. Que les amateurs de saumon fumé ne s’emballent pas, dans cette dose hebdomadaire de poissons, il faudra malgré tout proscrire le plus possible celles qui ont subi des processus de fumage ou salage, car elles favoriseraient le cancer de la prostate.

 

Les matières grasses doivent se concentrer pour être végétales et plutôt riches en oméga 3. Lin, Colza ou Noix sont à préférer a la classique huile de tournesol.

 

Enfin lorsqu’il s’agit des boissons, il est important de limiter au maximum les boissons sucrées de type soda, cet apport ne devrait en aucun cas dépasser un verre par jour. Mauvaise nouvelle le jus de pamplemousse ou d’orange du matin est également inclus dans cette catégorie de boisson sucrée, et ne rentre pas dans les 5 fruits et légumes « réglementaires ».

 

Par ailleurs, il est bénéfique d’intégrer quotidiennement 3 produits laitiers à son régime, de même un féculent (le moins raffiné possible) pour chaque repas, tel que pain, riz complet…

 

Et puisque, d’ores et déjà, l’ensemble de ces recommandations nous a amenés à la satiété, l’ANSES met en garde contre la présence de contaminants potentiellement dangereux dans certains aliments. La dangerosité de ces contaminants n’étant pas clairement établie, il est fortement conseillé de diversifier au mieux son alimentation, mais également les lieux d’approvisionnements.



SOURCE : ANSES

 

Mots-clés : Agence nationale de sécurité sanitaire - preconisation alimentation santé - fruits légume poisson légumineuse laitage

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/societe/cinq-fruits-et-legumes-par-jour-une-mise-a-jour-s-imposait/1385