Plat du jour - Economie

Auvergne-Rhône-Alpes : Le bio passe aux mains des industriels

Ecrit par Bérengère Condemine le 25.11.2016

Le bio, un marché qui ne cesse de s’agrandir. Tous le monde peut en consommer. Il est de plus en plus présent dans les grandes surfaces, reconnaissable  grâce à son logo. Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez son président compte confier ce dernier aux agro-industriels. Pour se faire, il retire aux acteurs historiques du bio le développement d’une agriculture paysanne et locale au profit des promoteurs de productivisme. Quand l’oxymore bio-industriel devient réalité. 

 


CC PIXABAY

 

L’agriculture bio gagne du terrain presque partout en Europe. Aliments plus sains, productions agricoles respectueuses de l’environnement en sont la définition. Pour certains le bio c’est même, « une philosophie, pas seulement un marché » Florent Guhl, directeur de l’Agence bio. 

 

Son essor représente 6,2% de la superficie agricole utile (SAU) française en 2015. Ce qui est pour les surfaces de l’agriculture biologique 11,4 millions d’hectares. L’évolution permet de créer du travail, 1000 emplois chaque année en France, résultants parfois de reconversions pour des personnes déjà dans le monde agricole. 

 

Certains magasins sont entièrement dédiés au bio, « biocoop », « so bio », « bio hangar ». Il faut donc relever le défis face à cette croissance et « accentuer l’effort de recherche et d’innovation ». Cela nécessite une amélioration des productions. La solution de Laurent Wauquiez se révèle être l’industrialisation du bio.

Les industriels concernés sont la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles). Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes souhaite fixer les orientations politiques en matière biologique sur le reste du mandat de 2017 à 2021. 

 

Pour se faire, l’ancien Président de la FDSEA du Rhône devient conseiller régional délégué de l’agriculture. L’ancien directeur de la FRSEA Rhône-Alpes est chargé de mission auprès de la vice présidente de l’agriculture. L’Aria, Association régionale des industrie agroalimentaires entre aussi dans le gouvernance. « Ce sont les mêmes personnes qui ont freiné pendant tant d’années le développement du bio en France qui s’en retrouvent aujourd’hui les dépositaires » selon Antoine Couturier, délégué régional de la coordination Rhône-Alpes de l’agriculture biologique. 

 

Les associations qui font la promotion du bio perdent des financements. La Fédération régionale d’agriculture biologique (Frab) va perdre 500 000 euros de subventions à l’année. Appui Bio sera amené à disparaitre, sa subvention de 30 000 par an est supprimée. Face à ces derniers, la chambre régionale d’agriculture aurait reçu 25 000 euros pour rédiger la stratégie de développement du bio dans la région. Une perte pour certains, un gain pour les autres.

 

Mots-clés : bio industriel marché - agriculture marché économie - Auvergne-Rhône-Alpes

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/economie/auvergne-rhone-alpes-le-bio-passe-aux-mains-des-industriels/1167