Plat du jour - Société

L’éditeur Taschen remet à l’ordre du jour les 136 recettes de Salvador Dalí

Ecrit par Bérengère Condemine le 03.01.2017

Salvador Dalí était un amoureux de la cuisine, à sa manière, bien évidemment. Ce peintre savait aussi sculpter, graver. Il fut aussi un scénariste et écrivain catalan. En 1972 était paru son livre de cuisine, un contenant de 136 recettes des plus grands chefs de l’époque. Aujourd’hui, il est réédité par Taschen. De quoi faire renaître le surréalisme de l’un des plus célèbres peintres du XXe Siècle. 

 


CC PIXABAY
 

Le peintre et sa femme Gala, aiment recevoir, organiser des dîners mondains. Un amour que l’artiste a depuis l’enfance, lorsqu’il déclare à l’âge de 6 ans, qu’il souhaite devenir « cuisinière ». 

 

Par sa vision originale des choses, il ne devient pas « cuisinier », mais peintre et illustre ce livre de recettes à l’aide de ses photographies ou encore de ses toiles. Des recettes surréalistes, avec des mélanges incongrus, des ingrédients hors du commun, mais chacun « réalisable et mangeable ». 

 

« L’anchois que je mâche participe, de quelque façon au feu qui m’éclaire. Je suis la demeure d’un génie. Cela me contraint à soigner cette demeure, et je me soumets à la contrainte, j’obéis avec joie à cette Sainte Inquisition » écrit-il dans le livre à propos de sa gastronomie. 

 

Intitulés « Les dîners de Gala », Œufs à la broche, Soufflé de boudin aux marrons, Cervelle de bœuf au bacon, Escalopes de veau fourrées aux escargots, Buissons d’écrevisses aux herbes des vikings font partie de cette cuisine concoctée par des chefs français de renommés et de grandes maisons étoilées comme La Tour d’Argent, Maxim’s, et Lasserre. 

 

Certaines illustrations représentent Dalí, posant devant une table surchargée de toutes sortes de plats. Des mets impressionnants par leur couleur, la façon dont ils occupent l’espace, autant en hauteur, que sur la longueur, tel un banquet de roi. 

 

Les titres sont eux aussi surréalistes, fidèles au peintre, avec pour les entrées, un chapitre intitulé « Les Suprêmes lilliputiens », pour les escargots et grenouilles « Les Spoutnik astiqués d’asticots statistiques ». Les délices aphrodisiaques se nomment « Je mange Gala » en référence à sa femme. 

 

Le préambule reprend des phrases de Salvador Dalí, mettant en garde les personnes au régime, « Si vous êtes un disciple de ces peseurs de calories qui transforment les joies d’un repas en punition, refermez ce livre, il est trop vivant, trop agressif et bien trop impertinent pour vous. » On vous aura prévenu !
 

Sources : CULTUREBOX

 

Mots-clés : Salvador Dalí peintre - recettes surréalisme XXème - Les diners de Gala 

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/societe/l-editeur-taschen-remet-a-l-ordre-du-jour-les-136-recettes-de-salvador-dali/1330