Plat du jour - Société

E171 : l'additif dans le viseur !

Ecrit par OB-Wan Sashimi le 07.02.2017

Un additif alimentaire commence à faire un peu trop parler de lui… On les connait sans les connaitre, ils se cachent au dos des paquets d'à peu près tout ce que l'on achète qui comporte plus de trois ingrédients. Ceux-là mêmes, que l'on fait semblant de ne pas voir tellement ils sont effrayants avec leur nom de code : Exxx... Le dioxyde de titane, un descendant en version nanoparticule de cette grande famille commence à affoler tout le monde, d'abord les scientifiques, maintenant les autorités…
 

CC0, pixabay

 

Dans la nature le dioxyde de titane existe et est connu depuis 1791. On le nomme, en tant que minerais grossier, Rutile et mis à part quelques irritations oculaire ou cutanée lors d'exposition prolongée, il n'avait pas plus fait parler de lui. Mais la forme produite et utilisée dans l'industrie, depuis quelques dizaines d'années, est une molécule beaucoup plus petite, une nanoparticule. Celle-ci est utilisée comme un pigment opacifiant dans beaucoup d'industries, celles de la peinture ou de la céramique en passant par la pâtisserie et/ou la confiserie. Notre nouvel ami, dioxyde de titane se cache derrière nos paquets de gâteau sous le discret nom d'E171.

Des doutes sur sa toxicité existent depuis quelque temps, puisqu'en 2006 déjà le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) le classait déjà comme cancérogène possible pour l'homme. Mais les résultats d'une étude menée par l'INRA pendant ces 4 dernières années vient d’apporter ces conclusions… quelques peu inquiétantes. En effet, l'étude a démontré que ce sympathique E171, induit et encourage la croissance de lésions précancéreuses chez le rat, concrètement, au niveau de l'intestin du rat.

Après avoir fait avaler au rat pendant 100 jours sa petite dose quotidienne de dioxyde de titane, on constate des micro-inflammations dues au passage de la nanoparticule à travers la paroi de l'intestin… Formidable dira-t-on ! Mais que fait la police ?

Même s'il est hasardeux de conclure au caractère cancérigène pour l'homme à partir d'une étude effectuée sur le rat, certains industriels ont déjà réagi en retirant cet additif de la composition de leur produit. C'est maintenant au tour de l'état qui à travers un communiqué de presse impliquant plusieurs ministères annonce : « Au regard des conclusions de cette étude, les ministères chargés de l'Économie, de la Santé et de l'Agriculture ont décidé de saisir conjointement l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) afin de déterminer si l'additif alimentaire E171 présente un éventuel danger pour les consommateurs ».

Depuis 2016, l'ANSES travaille sur l'impact sanitaire éventuel des nanomatériaux couramment utilisés dans l'alimentation, le rapport concernant le dioxyde de Titane devrait être révélé dans le courant de cette année. On rappellera également qu'en début d'année dernière l'ONG « Agir pour l'environnement » s'inquiétait de la présence croissante de nanoparticule dans de nombreux aliments, parfois même sans que leur présence ne soit signalée…

Pour faire simple, celui qui porte le nom de E171 ne semble pas vraiment un ami, et jusqu'à ce qu'on en sache un peu plus, mieux vaut lire l'arrière du paquet avant de le jeter dans le caddie. Ah ! on oubliait, il est également dans un grand nombre de médicaments... Surprise !

 


SOURCE : Science et Avenir

 

Mots-clés : additif alimentaire - E171 - nanopartocules

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/societe/e171-l-additif-dans-le-viseur/1417