Plat du jour - Société

Amnesty International dévoile un rapport sur l'huile de palme impliquant les enfants

Ecrit par Bérengère Condemine le 07.12.2016

Amnesty international a publié mercredi dernier un rapport dénonçant des atteintes aux droits humains en Indonésie dans la production d’huile de palme. Wilmar, le géant du domaine, fournit de grandes multinationales tel que Nestlé, Colgate. L’ONG souhaite donc lever le voile sur ces conditions pour que le consommateur en soit informé et que les « grandes marques interpellent leur fournisseur » dans ce pays.

 

CC Pixabay 


Dans l’approche de ce rapport, Amnesty international a interrogé 120 employés dans le secteur de plantations de palmiers à l’huile. Des enfants se retrouvent impliqués dans ces travaux, dont les plus jeunes de huit ans qui aident leurs parents, sans pouvoir aller à l’école et s’instruire. 

 

Les enfants ne sont pas les seuls concernés, les femmes sont parfois payées 2,50 dollars la journée dans des cas extrêmes, « forcées à travailler pendant de longues heures sous peine de voir leur salaire réduit, payé en dessous du salaire minimum ». 

 

Une pression du géant derrière ses mains travailleuses. Tous prennent des risques sanitaires. Ils sont en contact avec le paraquat « un pesticide hautement toxique », alors que l’utilisation n’est plus autorisée par l’Union européenne ni par le producteur Wilmar. 

Les ouvriers ne bénéficient pas de tenues pour travailler dans les normes, respirant de l’air pollué par les feux de forêt de 2015. 

 

Les ouvriers doivent atteindre des objectifs chaque jour, une sorte de « produire plus pour gagner plus », aux risques des travailleurs qui manient des outils lourds « pour couper des fruits sur les arbres de 20 mètres de haut ». Tout cela dans le but d’assurer une production correcte et en risquant des sanctions pour ne pas avoir cueilli des fruits au sol « mûrs ». 

 

L’ONG dénonce Wilmar, mais avertit les neuf sociétés alimentées par ce producteur. Puisque Colgate-Palmolive, Kellogg’s, Nestlé, Reckitt, Benckiser, Procter & Gamble et Unilever sont concernés. Des fabricants de produits que tout le monde retrouve facilement dans son cadis, sur lesquels sont écrit « huile de palme durable » (qui prévient la déforestation, respecte l’environnement et les populations locales). 

 

Amnesty les conseils donc d’avertir le consommateur de la « provenance de l’huile de palme présente dans leurs produits », et que l’exploitation de ces femmes/enfants/hommes cesse. Imposant une législation plus stricte pour le pays indonésien, mais l’application de ces lois est différente, peu appliquée.

 

Mots-clés : Droits humain Indonésie - ONG Huile palme - Législation environnement Wilmar

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/societe/amnesty-international-devoile-un-rapport-sur-l-huile-de-palme-impliquant-les-enfants/1233