Suggestions - Nos cantines

Uptown, la belle énergie des hauts de Paris

Ecrit par Célia Laherrere le 17.01.2017

Ils ont jeté leur dévolu sur une pépite au milieu de la paisible rue Francoeur. Un spot d’observation aux contours bleu nuit, au « top » du 18e, dont la charmante terrasse surplombe les escaliers de la rue Diard, si typiques de la Butte. Ils, ce sont les garçons de chez Uptown. Six garçons dans le vent débordants d’énergie et d’idées qui portent avec talent un lieu à leur image : en mouvement, créatif et moderne.
 

Les garçons par qui tout commence sont Martin et Pierre-Marie Senoville. Ils s’associent à leur ami d’enfance Sébastien Bottary pour ouvrir un lieu différent, détendu, à la déco soignée, dans lequel on dîne, on brunch, on grignote et on boit, avec un fil conducteur : le partage.

C’est donc dans une salle de bois, de briques et de fonte (tuyauterie apparente, briquettes au mur, vieux parquet), sur d’anciennes machines à coudre superbement retapées que l’on s’installe pour partager des assiettes salées et sucrées imaginées par Fabrizio Guérrini, le quatrième garçon de la bande. Sans aucun doute possible, le jeune chef, passé entre autres par les cuisines de l’Agapé, s’éclate ici et montre l’ampleur de sa créativité à travers une carte évolutive et percutante.  10 assiettes, 7 salés, 3 sucrés, comprises entre 10 et 15€.

Si le plat signature d’Uptown est le bœuf cuit à basse température, on parlera surtout du Fammi Un So Riso, une fantastique réinterprétation du risotto, ainsi que de la raviole de crabe, des gnocchis, ou encore du hareng. Chaque produit est réinventé, twisté, remarié. Une excellente utilisation du sorbet, décliné ce jour-là à la clémentine pour aguicher un magret de canard, ou au vinaigre de riz pour tonifier un foie gras au bouillon.
Bien vue également, l’utilisation subtile des épices de Madagascar, telles que le poivre et les baies sauvages.

Chez Uptown, pas de règle sinon celle de commander à sa guise, et dans l’ordre que l’on veut. Chacun compose l’itinéraire de son voyage. Et c’est Thomas Roblet,  cinquième garçon de l’équipe et responsable du restaurant, qui vous aiguille en présentant la carte dans le détail, car « pour apprécier un plat, il est important de connaître son histoire », précise-t-il.

Une expérience que l’on accompagne d’un vin étranger pioché dans une carte courte : Santiago Crianza 2013 (rioja – Espagne), Zinfandel 2014 (Revenswood – Californie), ou encore un Sauvigon blanc d’Autriche en 2010 (Temento).

Mais le breuvage incontournable de la maison reste le cocktail. Fioles, flacons, herbes infusées, derrière le comptoir, Mohamed Kharmalia tient son officine avec amour. Le jeune bartender  propose cinq cocktails originaux renouvelés régulièrement. On en citera deux : l’Atlas (vodka Pyla, sorbet céleri, liqueur rhubarbe, sureau, citron) et le Spicy Sanguine (Whisky Nikka, liqueur poivron, orange sanguine, piment, cannelle, poivre sauvage).

Les samedi et dimanche à partir de 11h30, Uptown sert un généreux brunch et attention, du lundi au jeudi, le restaurant est ouvert uniquement le soir de 19h à 1h.

Voilà une adresse qui booste les « hauts de Paris », sous l’impulsion d’une équipe masculine dopée par une belle énergie et qui propose une approche originale de l’expérience au restaurant, moins formelle et surtout très créative. Pari gagné pour Uptown ! 


Uptown

18 Rue Francoeur 
75018 Paris
01 84 05 62 79

 

Mots-clés : Paris Montmartre

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/nos-cantines/uptown-la-belle-energie-des-hauts-de-paris/1365