Suggestions - Nos cantines

Tempero, l'attachant melting (s)pot

Ecrit par Célia Laherrere le 27.10.2016

Une petite merveille posée là, en plein cœur du 13e  à une portée de canon du quai de Bercy. Une perle que l’on vient pêcher dans un quartier aussi tranquille qu’une mer d’huile dès la nuit tombée. Poussez la porte de Tempero et vous voilà instantanément enveloppé d’un halo d’ondes positives, d’une aura d’effluves chauds et rassurants.  Antidépresseur et fabrique de bonne humeur, on devient vite accro à Tempero.

 


À peine le temps de consulter l’ardoise qu’une caïpirinha digne des kiosques de la plage de Copacabana atterrit sur la table et vous envoie au soleil en vol direct sans passer par l’aéroport. Le voyage commence fort, et fort bien.
Il faut dire que le Brésil, notre pilote de ligne en connaît la musique comme une enfant du pays. Alessandra Montagne nous offre en un sourire toute la chaleur de l’âme carioca. Si son instinct de la cuisine puise sans doute sa sève dans ses racines brésiliennes, c’est en France qu’Alessandra décroche ses galons de cheffe, d’abord en obtenant un double CAP cuisine/pâtisserie, puis en usant ses sapatos chez Adeline Grattard (Yamt’cha) et chez William Ledeuil (Ze Kitchen Gallerie).

20h. La salle se remplit à la vitesse de l’éclair. Pas plus de 30 couverts et une solide clientèle de fidèles depuis l’ouverture en mars 2012. Ici, pas de folklore brésilien, ni dans la salle, ni sur la carte dont le contenu tient sur un tableau noir format A3. Côté pile, une courte carte des vins abordable et ciblée. Côté face, les plats avec des indétrônables tels que le porc confit ou le bœuf « Tempero ». Le style et créatif et métissé. Une originalité qui se confirme dans l’assiette : saumon mariné miso parfaitement assaisonné, belle noix de veau juste rosée/polenta frite et légumes de saison. Là encore, un jeu de textures et un travail de la viande parfaitement maîtrisé, un dressage soigné et des portions bien calibrées. On conclut par un dessert « de cuisinier » de même facture dans lequel la poire pochée rivalise de gourmandise avec le caramel et la glace vanille romarin.
Une délicieuse échappée payée à peine plus cher qu’un sachet de salgados dans un lanchonete des rues de Rio (une vingtaine d’euros le midi, une trentaine d’euros le soir).

Une adresse terriblement attachante dont on n’est pas vraiment revenus. Nous sommes tellement tombés sous le charme de l’endroit qu’on regrette qu’il soit ouvert deux soirs par semaine (diner uniquement les jeudis et vendredis).  Une prière qu’on adresse aux orixás. En attendant, notre billet pour un nouveau voyage est déjà réservé.


 
Tempero
5 Rue Clisson 
75013 Paris

 

Mots-clés : restaurant brésil - viande cuisson - soleil caïpirinha

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/nos-cantines/tempero-l-attachant-melting-s-pot/1090