Suggestions - Nos cantines

Quinsou, nouveau petit oiseau rare

Ecrit par Célia Laherrere le 25.11.2016

Il s’appelle Quinsou (pinçon en occitan) et a trouvé son nid au cœur du 6e arrondissement de Paris, rue de l’Abbé Grégoire. Né fin septembre 2016, l’oiseau a pris son élan avec l’assurance des grands, sous l’impulsion du solide duo Antonin Bonnet / Arnaud Lamboley. A peine éclos et déjà récompensé de deux toques par le Gault& Millau. Un pinçon que l’on n’a pas fini d’entendre chanter. 

 

Quinsou - (c) Quisou
 
On ne l’a pas vu venir.  Une ouverture discrète, à l’image du propriétaire des lieux, Antonin Bonnet. Le chef, d’origine lyonnaise, est loin d’être un perdreau de l’année. Entrepreneur (ex-projet Jeune Rue), pigeon voyageur, on se souvient surtout de ses belles assiettes au Sergent Recruteur. De cette dernière expérience, il retient une équipe : Arnaud Lamboley, responsable de salle qui donne aussi le « la » la carte des vins,  ainsi qu’une brigade rôdée à l’exercice.

On salue une déco de salle plutôt bien léchée : carreaux de ciment noir et blanc, ampoules à filament, banquettes en cuir, lampes design, grosses bougies sur les tables.

Pas de carte, mais un menu unique, 28€ au déjeuner 48€ (4 plats) ou 65€ (6 plats). Des prix relativement doux amplement justifiés par la qualité de l’assiette. Antonin Bonnet connaît son histoire et n’a pas besoin de parader pour  montrer l’envergure de son talent. Pas de bavardage inutile ni de pirouettes compliquées : les accords sont justes, les assiettes soignées, mais sans fioritures, des assaisonnements bien dosés. Une cuisine percutante qui souligne l’essentiel sans toutefois négliger la délicatesse des dressages. On est conquis.

 Dans l’assiette : velouté de courge caméléon, œuf mollet, pain aux noix et huile de ciboulette. Réconfortant et délicat. Légumes du Bec-Hellouin, vinaigrette pralinée et basilic. Tonique et élégant. Lieu jaune de ligne de l’île d’Ouessant purée de potimarron, sauce curry. Exotique et élégant. Selle de sanglier sauvage, crème de panais et persil de tubéreux. Fin et généreux, bien que la viande résiste légèrement à la lame du couteau,
Les desserts sont dans le même esprit. Pour le premier, la traditionnelle tarte aux pommes trouve une autre dimension en accord avec la glace à l’armoise-cola. Pour le second, l’acidité bien dosée du satsuma et du citron de Sicile est adoucie par un sorbet fromage blanc /graines de fenouil. Frais, simple, original.

À noter un excellent fromage de chèvre cendré de la ferme du Châtain (Dordogne).
La carte des vins fait la part belle aux références en nature et biodynamie comme le « Blanc de Bal » du Château Lestignac ou le vaqueyras du « Sang des Cailloux ».

Soulignons-le, il est peu fréquent de constater une telle constance sur l’ensemble d’un menu. Dans la salle, les mines sont réjouies. Antonin Bonnet a gagné son pari. Quinsou, un oiseau rare dont on va suivre le vol.

 

Quinsou
33 Rue de l'Abbé Grégoire,
75006 Paris

 

Mots-clés : quinsou restaurant - gastronomie sanglier - poisson

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/nos-cantines/quinsou-nouveau-petit-oiseau-rare/1198