Suggestions - Nos cantines

Le Sushi-Burrito, la petite nouveauté qui cache bien son jeu !

Ecrit par Fred Ricou le 19.07.2016

Un petit peu de fraicheur dans cet été qui, à Paris, a mis du temps à arriver. Si pour le déjeuner, l’on n’a pas forcément envie d’un burger chaud, d’une maigre salade, d’un étouffant bagel ou d’un sandwich de boulangerie de douteuse provenance, il existe depuis deux petites semaines un nouveau lieu qui mêle nouveauté, création et gourmandise saine. Après les sempiternels sushis japonais et la découverte, depuis peu de temps, des burritos mexicains voici déjà venu le temps du combo, la fusion des deux le « sushi-burrito ». C’est nouveau et c’est dans le XIe arrondissement que cela se trouve, Fuumi.

 
 

Dit comme ça, il est vrai que l’on peut rester perplexe. En bref, c’est un gros sushi quoi. Ce n’est pas faux, mais ce n’est pas vrai non plus… Officiellement, le sushi-burrito est né à Singapour il y a deux ans, avant de passer par les États-Unis et donc, la suite logique, l’Europe puis la France.

 

C’est un jeune couple de Vénézuéliens Taziana & Salvador qui le lance ici. Elle est venue en France pour passer un C.A.P Cuisine et a travaillé au Moulin de la vierge (une boulangerie-pâtisserie dans le 15e arrondissement de Paris) et pour le restaurant Chez Caldé et lui, à fait des études d’architecture en Italie.

 

Une petite dizaine de sushis-burritos sont donc proposés à la carte de ce petit resto à la déco dans l’air du temps tout de bois, de petites plantes vertes et d’ampoules à filament vintage. Les noms des sandwichs se baladent évidemment entre le Japon et le Mexique avec des noms tels que le Cancún, le Samouraï, le Mariachi ou encore le Midori…

 

Qu’est-ce que l’on y trouve dans ces sandwichs nouvelle génération ? Beaucoup de bonnes choses, toujours fraîches : Deux feuilles de Nori, du riz japonais préparé dans une vraie bassine en bois traditionnelle, et, après, c’est selon : crevettes au saté, chou rouge, menthe, sauce yaourt, olives noires, carotte, thon, saumon, sauce soja, miel... etc. « On a voulu faire un fast-food fusion japo-mexicain, mais sain… » affirme Salvador. Pour le riz, le couple ne se cache pas, pour qu’il soit toujours bien étalé, toujours bien posé, sans jamais être tassé sur la feuille de nori, avec une régularité constante, ils ont pris un robot qui vient directement du Japon : « Nous ne sommes pas de culture japonaise, mais nous voulions faire un produit de qualité… »


 

 

Pour les poissons, thon ou saumon, les jeunes entrepreneurs font confiance à Paris Caviar, un spécialiste des produits de la mer à Rungis qui les fournit. Ils font tous les deux très attention à ce qu’ils mettent dans leurs « sandwichs ». Sans graisse et sans gluten, Fuumi a tout pour séduire…

 

Servi dans une boîte en carton qui s’ouvre en deux, on mord à pleine bouche dans ce « sandwich » nouveau genre et c’est un véritable mélange de saveur, de fraîcheur, de texture. C’est vraiment excellent ! On a presque envie d’y aller chaque jour dès la première bouchée.

 

Au départ Taziana  a travaillé le concept en s’inspirant de recettes trouvées à l’étranger, mais cela ne convenait pas forcément au goût français (à Singapour les sushis-burrito sont chauds et aux États-Unis, évidemment, ils se retrouvent frits…) et à force d’essais elle a trouvé les recettes idéales. Le bouche-à-oreille commence doucement à fonctionner, le restaurant se retrouve régulièrement plein. Après les sushis burgers que nous avions remarqués il y a quelques mois, on voit que le japon est une véritable terre de création pour les cuisines fusions de rues, et les amateurs de bonne street-food ne s’y trompent pas.

 

Chez Fuumi, actuellement, les murs sont éphémères, la déco faite par Salvador s’efface pour laisser place dans quelques mois à une autre. Et le plus intéressant, autre que l’originalité de ces sushis-burritos, la carte changera également et évoluera au fil des saisons avec des produits de saison, comme dans un restaurant gastronomique, en somme. Ainsi cet automne, Taziana va travailler le saumon mi-cuit caramélisé avec du miel, le thon mi-cuit avec des pistaches, du canard, du fromage, mais aussi de la raclette chauffée au chalumeau… Ils essayent, ils tentent et veulent « prendre le temps de goûter » tout en gardant leurs recettes phares de sushi-burrito qui fonctionnent déjà.

 

Comme toute jeune entreprise, Fummi à plein d’autres idées et l’une de leurs meilleures, c’est la volonté de travailler avec d’autres professionnels du quartier. Ainsi, Salvador est allé à la rencontre de plusieurs restaurants pour demander aux chefs s’ils voulaient créer quelque chose, un sushi-burrito à l’image de chaque professionnel qui serait partant pour l’aventure. « On en avait marre de ne voir que des burgers, qui poussent partout. On s’est demandé pourquoi ne toujours s’appuyer que sur ce que veulent les gens, plutôt que de réfléchir un peu… » Pas loin de Fuumi, un restaurant italien a déjà l’idée de travailler sur un sushi-burrito au homard et là, on ne peut que dire que : Oui !

 

En bref, Fuumi est une petite adresse qui veut et va se développer rapidement et que l’on ne peut que vous conseiller !


 
Fuumi
124 Avenue Parmentier
75011 Paris
Entre 9 et 13 €

 

 

Mots-clés : sushi burrito - fusion concept - japon mexique

 

Retour en haut

https://7detable.com/article/nos-cantines/le-sushi-burrito-la-petite-nouveaute-qui-cache-bien-son-jeu/773