Suggestions - Nos cantines

Frou-Frou, du gourmand trouble l'âme...

Ecrit par Fred Ricou le 04.01.2017

« Partage » est un peu le maître mot d’un nouveau restaurant parisien, Frou-Frou. Un restaurant où l’on vient déjeuner après une réunion avec le nouveau directeur commercial, après une semaine qui s’annonce mal, avant une semaine qui s’annonce mal ou encore, le soir entre amis pour parler de tout ça ou totalement d’autre chose. Frou-Frou, c’est un joli rendez-vous gourmand tenu par une jeune chef, Camille Chéry.

 
 
 

Frou-Frou est au centre de la carte parisienne. Sur le quai des grands augustins, ce « néo-bistrot » est tenu par Camille Chéry en cuisine et par son frère Nicolas en salle, une affaire de famille puisque le nom du restaurant est un clin d’œil à leur maman.

Camille Chéry est passée par le Pavillon Ledoyen, par le restaurant Alain Ducasse au Plaza Athénée, tout en faisant un tour à deux reprises par Monaco. C’est peut-être une envie de simplicité qui l’a poussé à ouvrir Frou-Frou. Mais attention, ce n’est pas parce que l’on est à deux pas de Saint-Michel et des innombrables restaurants touristiques qu’il faut se laisser aller !

 

Ici, tous les produits sont choisis avec soin, cuisiné avec soin et le tout arrive dans de belles assiettes, en même temps, pour que toute la tablée puisse se servir au même moment. On déguste le plat choix de l’un, on déguste le plat choix de l’autre. Comme une envie de déstructurer, non pas pour une fois un plat, mais le service en entier.

 

Tout est merveilleusement goûteux. L’acidité de la vinaigrette vient contrebalancé le gras d’un saumon gravlax ainsi que le sucré de la betterave rouge, dans une entrée tout en surprise. Par la suite, on peut savourer un délicieux gâteau de riz snacké qui fait penser un peu aux arancini italiens (boules de riz que l’on faisait le plus souvent avec les restes de risotto), les pétales de cabillaud sont vraiment très bien cuit et d’une belle translucidité et se fait remarquablement accompagné d’une belle purée de pommes de terre, beurrée à souhait.
 

Plutôt original, arrive sur la table un excellent chou-fleur fumé au foin, légèrement grillé au chalumeau et arrosé d’une belle petite vinaigrette. Un peu de viande également avec de tendres et juteuses côtelettes d’agneau de l’Aveyron et leurs petites pommes de terre grenaille, c’est chaud, c’est tendre, c’est merveilleux pour les températures hivernales.

 

Parce que nous sommes gourmands, on finit avec un café… gourmand, évidemment ! Un petit macaron tout en douceur, une délicieuse crème vanille/citron fumé, un petit cannelé. Flûte, on aurait dû prendre un dessert plus gros, il restait une petite place, là, juste là !

 

Et comme il faut bien qu’une expérience s’achève, on se dit que l’on y reviendra avec grand plaisir, dans quelques semaines, dans quelques mois, pour voir comme le gentil frou-frou évolue, et puis nous n’avons pas goûté au bœuf maturé, au magret de canard, à la salade de pommes de terre au magret fumé, bref, on reviendra, maintenant c’est certain.

 

Les prix des différents mets varient entre 5 et 28 euros. La carte des vins est jolie et simple à l’image du reste, il nous a d’ailleurs été servi un agréable petit beaujolais de chez Gabriel Jambon. Une vraie, donc, belle petite adresse… à partager !




Frou-Frou
45 quai des Grands Augustins
75006 Paris

 

Mots-clés : restaurant paris chef - Frou frou resturant - gourmand Parisien

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/nos-cantines/frou-frou-du-gourmand-trouble-l-ame/1337