Plat du jour - Législation

Les assiettes et les tracteurs en consultation 2.0

Ecrit par Frédéric Beau le 25.07.2017

Emmanuel Macron à annoncé en juin dernier un vaste chantier portant le nom de « États généraux de l'alimentation ». Fidèle à son époque et à son âge, le président a voulu rendre le chantier participatif. Cela signifie qu'il espère pouvoir prendre en compte les avis de chacun, ceux qui souhaitent le donner en tout cas, l'ambition annoncée est de faire appel à  « l'intelligence collective ». Nous en saurons bientôt plus sur ses capacités...

 
 
Ce grand débat ouvert autour de l'alimentation a le mérite d'intégrer tous les acteurs de la chaîne alimentaire autour du principal acteur décideur, celui qui légitime le travail des autres en achetant leurs produits, le consommateur. Il était donc normal que celui-ci entre en jeu, pour donner son avis et orienter ainsi les transformations à venir. Internet, est évidemment l'outil le plus approprié pour ce genre d'interactions. Les Français auront-ils compris qu'ils ont finalement leur mot à dire ? C'est l'autre enjeu de ce nouveau mode de gouvernance...
 
Les États généraux de l'alimentation s’organisent en deux chantiers, un premier chantier consacré à la création et à la répartition de la valeur et un deuxième chantier portant sur une alimentation saine, sûre, durable et accessible à tous.
Ils seront eux-mêmes subdivisés en ateliers. Ainsi, quatorze ateliers thématiques se dérouleront entre la fin du mois d’août et la fin du mois de novembre.
L'ensemble des attendus et contributions servira à établir une feuille de route nationale
 
1er chantier : la création et la répartition de la valeur – de fin août à fin septembre
Comment créer plus de valeur ?
  • Atelier 1: Mieux répondre aux attentes des consommateurs en termes de qualités nutritionnelles et environnementales, d'ancrage territorial, de bien-être animal et d'innovations
  • Atelier 2: Développer les initiatives locales et créer des synergies
  • Atelier 3: Développer la bioéconomie et l’économie circulaire
  • Atelier 4: Conquérir de nouvelles parts de marchés sur les marchés européens et internationaux et faire rayonner l’excellence du modèle alimentaire et le patrimoine alimentaire français en France et à l'international
Comment mieux répartir la valeur ?
  • Atelier 5: Rendre les prix d’achat des produits agricoles plus rémunérateurs pour les agriculteurs
  • Atelier 6: Adapter la production agricole aux besoins des différents marchés et aux besoins des transformateurs
  • Atelier 7: Améliorer les relations commerciales et contractuelles entre les producteurs, les transformateurs et les distributeurs
2e chantier : une alimentation saine, sûre, durable et accessible à tous – de début octobre à fin novembre
  • Atelier 8: Assurer la sécurité sanitaire de l’alimentation française dans une économie agroalimentaire mondialisée et dans un contexte de changement climatique tout en prévenant les contaminations chimiques
  • Atelier 9: Faciliter l'adoption par tous d'une alimentation favorable à la santé
  • Atelier 10: Lutter contre le gaspillage alimentaire
  • Atelier 11: Réussir la transition écologique et solidaire de notre agriculture en promouvant une alimentation durable
  • Atelier 12: Lutter contre l'insécurité alimentaire, s'assurer que chacun puisse avoir accès à une alimentation suffisante et de qualité en France et dans le monde
  • Atelier 13: Renforcer l’attractivité des métiers de l’agriculture et des filières alimentaires et développer la formation
Atelier transversal – de fin août à fin novembre
Atelier 14 "Préparer l’avenir" : quels investissements, quel accompagnement technique, quelle recherche pour une plus grande performance environnementale, sanitaire, sociale et économique ?
 
Les états généraux et les consultations sont ouverts depuis cinq jours, et les interactions populaires bien que n'étant pas délirantes en nombre sont bel et bien là.  Le site (https://www.egalimentation.gouv.fr/), offrant la possibilité d’exprimer son choix sur les décisions à venir, permet non seulement de voter pour des propositions et des orientations sur des questions posées. Mais, et c'est le plus intéressant, il permet également d'être force de proposition, d'offrir un peu plus que ce qui est déjà proposé, afin, et c'est l'objectif annoncé, d'enrichir au maximum l’éventail d'idées et de solutions exploitables par l'exécutif. 
 
Par exemple,  la question : « Comment rémunérer plus équitablement les producteurs ? », il y a déjà, à ce jour 6505 votes et quasi 850 participations qui se répartissent en presque 140 propositions, 700 arguments et 15 sources documentaires.
 
Toutes les problématiques n'ont bien sûr pas le même succès, quoi qu'il en soit, cette initiative ouverte est une formidable opportunité, puisque finalement les Français pourront râler avec légitimité s'ils se sont exprimés et qu'une autre orientation a été prise.  Bien entendu, cette consultation n'est, finalement, que ce qu'elle est : une consultation. C'est à l'exécutif que reviendra le pouvoir de l'écouter ou non, et de la traduire en lois et décrets. Ce qui est certain, c'est qu'une nouvelle ère politique est en train de s'ouvrir grâce à la puissance d'internet. Sera-t-elle bénéfique ? Nous ne sous positionnerons pas en Nostradamus, nous le verrons bien, mais si le potentiel semble incroyable tout est dans les mains de la population puisqu'il faut qu'elle participe. Et qu’elle le fasse intelligemment.
 
Source : https://www.egalimentation.gouv.fr

 

Mots-clés : états généraux de l’alimentation - Consultation publique - Gouvernement Macron

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/legislation/les-assiettes-et-les-tracteurs-en-consultation-2-0/1840