Plat du jour - Environnement

La "Junk food" plastique rend les poissons plus bêtes !

Ecrit par Bérengère Condemine le 31.01.2017

Les pollutions marines rendent les poissons plus petits et plus bêtes. Ce sont les résultats d’une étude récente, passée inaperçue et menée par une équipe suédoise. La mer Baltique est passée au crible. De quoi fournir des informations inquiétantes. Une mer salie, ayant du mal à se renouveler. Des poissons préférant le plastique au plancton. 

 


CC PIXABAY giogio55
 

L’étude suédoise a étudié les effets comportementaux et physiques des poissons confrontés aux déchets plastiques en mer Baltique. Une mer semi-fermée, d’une légère profondeur (environ 55 mètres). Sa taille, peut être considérée comme celle d’un lac, a une sensibilité plus importante face à cette pollution. 

 

Un renouvellement des masses aquatiques s’établit sur 30 ans en moyenne. De part sa taille, la régénération n’est pas permanente. Les températures basses, et l'étendue de la surface glacière ne permettent pas aux produits chimiques de se dégrader plus rapidement, au contraire. 

 

Les conséquences sont telles, qu’il pourrait y avoir plus de plastiques dans la mer, que de poisson en 2050. Quant au phénomène de réduction de taille des poissons, cela implique qu’ils sont plus faciles à attraper par les prédateurs. 

 

L’équipe suédoise, s’axe sur les particules de micro-plastiques, entrainants une efficacité moindre des éclosions des œufs qu’auparavant. Le taux de croissance diminue, tout comme le développement des larves de poissons. Dans une surface sans plastique, 96% des œufs peuvent éclore, à l’inverse, avec du plastique, les chances sont de 81%. 

 

De plus, « les individus exposés aux micro-plastiques ne répondent pas aux signes olfactifs renseignant sur la présence d’un prédateur, ce qui augmente leur taux de mort » par ces derniers. Les poissons sont attirés d’avantage par le plastique, mais s’ils sont entourés de plancton.

 

Le FAO (organisations des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), au sujet de cette pollution marine, explique qu’ « il est urgent de rétablir les stocks appauvris et d’éviter l’épuisement des stocks encore sains en diminuant significativement ou en suspendant temporairement la pêche dans les pêcheries surexploitées ». Une raison de plus de faire attention à l'alimentation, sinon le poisson ne rendra plus "intelligent". 


Sources : SURFRIDER

 

Mots-clés : mer Baltique environnement - pollution marine plastique - santé poissons petits bêtes

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/environnement/la-junk-food-plastique-rend-les-poissons-plus-betes/1294