Plat du jour - Economie

Le groupe propriétaire de William Saurin en mauvaise posture, l'État renfloue les caisses !

Ecrit par Bérengère Condemine le 19.12.2016

Tout n’est pas calme dans le groupe financière Turenne Lafayette, depuis la publication d’un audit révélant que les comptes sont truqués « depuis des années ». Quel avenir pour les marques William Saurin, Garbit, Madrange ? Mais surtout pour les 3 000 emplois du secteur...  L’État réagit rapidement, et amène un prêt de 70 millions d’euros. 

 


CC Wikipédia
 

Le 16 décembre dernier, une annonce tombe au Journal Officiel, l’État fait un prêt de 70 millions d’euros, pour tenter d’apaiser la situation. Des fonds de développement économique et social (FDES), doivent être débloqués « au plus tard le 31 décembre », pour « une ou plusieurs sociétés du groupe Financière Turenne Lafayette » à en croire l’arrêté.
 

L’affaire débute au décès de Monique Piffaut, la propriétaire et unique actionnaire, le 30 novembre dernier. Un élément déclencheur de l’affaire, notamment à l’arrivée du remplaçant, Éric le Gouvello. Cet homme, spécialiste du conseil en stratégie établie rapidement un audit sur la situation financière et économique du groupe Turenne Lafayette, qui détient aussi les jambons Madrange, et Le Foué de Paul Prédault. 
 

La justice a été saisie rapidement. Les pouvoirs publics se mobilisent activement pour tenter de sauver l’emploi, comme le 14 décembre à Bercy. Les ministères de l’Agriculture et de l’Économie, lors d’une conférence téléphonique, annoncent que l’État devrait assurer une aide. Une action en trésorerie du groupe pour éviter une liquidation judiciaire. 
 

« S’il y en a besoin, il y aura un soutien de l’État pour s’assurer qu’on évite un scénario de liquidation judiciaire. Pour nous, c’est important d’apporter cette assurance aux fournisseurs, aux clients et aux salariés » expliquaient-ils. En poursuivant,« Concrètement, on mettra en oeuvre le soutien financier nécessaire pour accompagner l’entreprise. On regardera les montants nécessaires en fonction des besoins, et sur les modalités, on examine ça dans les jours à venir ».
 

Le gouvernement a déclaré que la justice a été saisie après avoir appris la tromperie sur les comptes. Une supercherie de longue date, puisque cela fait plusieurs années que les propriétaires de William Saurin modifiaient les comptes, notamment « en fin d’année, en passant des écritures comptables qui étaient soit de fausses facturations, soit de fausses avances sur stock ».
 

L’affaire influe directement sur les 3000 employés, soit 21 sites industriels en France. La direction tente de rassurer : « plusieurs pistes sont envisagées, parmi lesquelles la recherchent de nouveaux moyens de financement, y compris au travers de l’ouverture du capital ».


Sources : LEPOINT

 

Mots-clés : Turenne Lafayette compte - truquage État Bercy

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/economie/le-groupe-proprietaire-de-william-saurin-en-mauvaise-posture-l-etat-renfloue-les-caisses/1307