Plat du jour - Economie

Dans l'œuf ou la poule, l'important c'est : de quel œuf parle-t-on ?

Ecrit par Frédéric Beau le 20.10.2016

En France, comme ailleurs, on ne sait pas qui est arrivé en premier, la poule ou l’œuf ? Mais la question existentielle ne nous coupe pas pour autant l’appétit, loin de là. Si le poulet demeure le plat du dimanche favori, le nombre de plats comptant dans leur préparation des œufs n’est pas en reste, l’omelette étant un des plus basiques représentants, mais de quels œufs parle-t-on au juste ? De quel œuf, oui, mais surtout : qui provient de quelle poule ? Cage ou plein-air ? Le consommateur semble avoir choisi, l’industrie prend note !

 
Eggs
Mike Mozart, CC BY 2.0
 

Les professionnels de l’industrie de l’œuf se sont réunis pour réagir à l’inexorable chute des ventes d’œufs dits standard, c’est-à-dire la catégorie 3. Pour être clair le bas de gamme de l’œuf. Mais surtout le neck plus ultra en matière de cruauté animale puisqu’il s’agit pour le gallinacé de passer sa vie étriqué dans un rack métallique, où se mêlent plumes, nourriture et excréments du voisinage, après avoir eu le bec coupé pour ne pas blesser se voisin, ou plutôt ses voisines, puisque les poussins mâles sont broyés à la naissance... Joli tableau sans aucun doute. Et bien, les œufs produits dans de telles conditions, étonnamment (cynisme et ironie assumés), le consommateur n’en veut plus, et le fait savoir par un geste militant fort (oui, encore, pardon), il cesse peu à peu de les acheter.

 

Le CNPO (l’interprofession œuf) se devait d’agir vite pour la pérennité de la filière, puisque depuis deux ans la tendance de diminution de la consommation des œufs standards (Cat.. 3) vers ce qu’ils appellent les œufs alternatifs se confirme. On notera donc que, pour l’interprofession, le bas de gamme est : le standard ! . Les œufs alternatifs étant les œufs bio, labellisés ou issus de poules élevées au sol voir, encore mieux, en plein air. La filière connaît un excédent de production croissant depuis deux ans, ce surplus a été jusque-là absorbé à l’export par les États-Unis, qui ont connu de gros soucis dans leurs élevages les précédentes années (grippe aviaire notamment), mais la mutation du marché US vers le BIO s’accélère lui aussi, et les problèmes de production sont résolus.

 

Le plan pour sauver la filière œuf Français consiste donc en un énorme fonds d’aide, pour accompagner les producteurs dans la transformation de leur outil de production, soit, démonter les cages et systèmes d’alimentation en batterie actuels et augmenter la surface disponible au sol pour les volatiles. L’objectif du CNPO est que la production d’œufs en cage « ne soit plus que » de 50 % d’ici 2022 alors qu’elle était encore à 69 % en 2015. Les investissements en jeu sont d’autant plus difficiles à assumer pour les producteurs que Bruxelles a déjà imposé de lourdes dépenses il y a 3 ans pour la mise aux normes des sites de production.

 
Delikatessen
STS Schweizer Tierschutz, CC BY 2.0

 

Le consommateur a donc massivement choisi puisqu’il s’achète actuellement 30 % de plus d’œufs dits alternatifs qu’en 2013, et la bonne nouvelle, c’est que le phénomène s’accélère.

 

Évidement les succès répétés de l’association militante L214, qui lutte avec habilité contre les violences faites aux animaux ont également leur part dans cette petite victoire. Via des dizaines d’actions, ces dernières années, ils ont contraint soit des distributeurs, soit des producteurs à ne plus utiliser ou distribuer d’œufs provenant d’élevages intensifs. Il est facile d’en nommer quelques-uns tant ce combat a été efficace du côté de L214 ces dernières années : Aldi, Monoprix et Auchan du côté des supermarchés, Sodexo, Colruyt, Compass, Novotel, et Michel & Augustin du côté des transformateurs ont banni l’utilisation d’œufs issus d’élevages en batterie.

 

Il est clair que le consommateur est désormais très bien informé. Et contre toute attente (cynisme et ironie, dernier chapitre), il a une conscience et il prend enfin des décisions. Les bonnes !



CNPO - AGRAPRESSE HEBDO - L214
 

 

Mots-clés : oeufs batterie poule - CNPO interprofession oeuf - L214 bio label élevage

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/economie/dans-l-uf-ou-la-poule-l-important-c-est-de-quel-uf-parle-t-on/1064