Critiques - Dans l'assiette

Toulouse : établissement indigne, avec vue sur la Garonne

Ecrit par Mathieu Oudot le 30.01.2017

Dans la catégorie restos de la honte, le Comptoir du Port à Toulouse décroche la palme. De passage à Toulouse, nous avons voulu admirer la vue sur la Garonne, sur une des terrasses bien prisées aux beaux jours. Manque de bol pour nous, et pour cet établissement a posteriori, nos chemins se sont croisés. Retour sur une expérience désastreuse...


Nous n'avons pas pour habitude de descendre en flèche un restaurant, laissant ce plaisir à TripAdvisor, mais là c'est trop...
 
14h30 : Deux jeunes étudiants en extra, Fanny et Laurent, s'occupent seuls et tant bien que mal de la terrasse bondée en ce week-end ensoleillé. Nous nous sommes faufilés entre les tables pour nous installer et commander deux cafés. La patronne, avec un faux air de la cuisinière dans le film Les Nouveaux Sauvages, est à la caisse et surveille ce qui se passe. De nos places, nous avons malheureusement entendu tout ce qu'elle a vociféré pendant vingt minutes, c'est le temps qu'il nous a fallu pour partir.
 
 
La patronne explique au serveur qu'elle ne veut pas servir de cafés en terrasse, c'est pas assez rentable. Et en plus, c'est écrit café noir sur blanc sur la carte, il faut commander à manger pour avoir du café. Nous décidons donc de commander l'assiette apéro, mais la patronne explique de loin que de toute façon on n'a plus de filtres à café... sauf s'ils prennent des cafés viennois à 3,90 € ??!! Finalement on oublie les cafés, on va grignoter les spécialités en admirant la vue, nous étions venus pour ça en même temps. On se serait cru dans un sketch, un sketch avec vue sur la Garonne.

Quelques minutes plus tard, on voit la patronne servir deux cafés à des habitués. Difficile de dire ce qui est le plus choquant, le coup des cafés, ou le fait qu'elle ait des habitués... Bref. L'assiette apéro arrive, avec une tomate (c'est la saison ça tombe bien... ou pas) baignée dans de l'huile premier prix, quelques tranches de charcuterie quelconque et un épais morceau de bûche de chèvre flottant dans l'huile, un peu comme une île flottante, mais plutôt façon huile flottante.

Encaisse-les de suite ! On ne sait jamais, au cas où on parte en courant (et vu l'assiette elle doit être coutumière du fait). Pas de carte bleue évidemment, ça sera un billet de 50 pour une addition à 10,50 € (dont un jus de fruits correct qui ne sauve pas l'ambiance malgré tout). Et là, on entend la patronne hurler "Mais tu aurais pu leur demander l'appoint. Ils n'ont pas les 50 cents? Ah là là cette masse salariale... et en plus il faut les payer". La petite jeune aux bords des larmes lui murmure de se calmer et de ne pas crier, Madame, ça fait un mois que vous me criez dessus... Je n'en peux plus... Le pauvre étudiant barre la route à une cliente et lui explique que non, les toilettes ne sont pas à l'intérieur, il faut resortir et passer par les communs de l'immeuble sur le côté.

Vingt minutes, longues et terribles, où nous avions une vue imprenable sur le mépris d'une tenancière envers ses employés, envers ses clients également, il n'y a qu'à voir ce qu'elle sert (quand elle marge assez pour accepter de servir). Une misère, qui doit faire honte aux établissements voisins, sur cette magnifique place de la daurade à Toulouse. Si vous cherchez une définition de l'attrape touriste, allez-y prendre un café.... mais viennois !

 

Mots-clés : place daurade toulouse - comptoir port indigne - restaurant toulouse honte

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/dans-l-assiette/toulouse-etablissement-indigne-avec-vue-sur-la-garonne/1391