Plat du jour - Ailleurs

Un alcool artisanal fait 19 morts au Cameroun

Ecrit par Bérengère Condemine le 21.11.2016

L’ingurgitation d’un alcool artisanal prénommé « odontol » entraine le décès de 19 personnes au Cameroun. La radio d’État camerounaise l’a annoncé ce 15 novembre dernier. Le méthanol contenu dans ces breuvages en seraient la cause. Les autorités ont décidé d’interdire la vente. Une lutte contre le marché noir est en marche. 

 


CC Wikimédia

Le prix de cet alcool est attractif, peu cher (15 à 20 centimes le gobelet). Sa vente informelle en attire plus d’un. Le produit est composé d’une base de vin de palme, de sucre et d’écorce d’arbre (l’essok). À l’hôpital, 27 habitants de l’est du pays sont encore en observation. Pour tenter d’arrêter le fléau, le préfet du département du Haut-Nyong a pris un arrêté interdisant la commercialisation de cette boisson. 

 

Les victimes ont souffert de vomissements, maux de tête ou cécité. Ce serait lié au méthanol, un composant qui peut être mortel pour le consommateur, si la dose est supérieure à 30 millilitres.  Ce dernier est lié au son, recouvrant plusieurs céréales qui se transforment en méthanol. Si le son est séparé du reste des grains, la quantité doit être bonne. Mais les producteurs, pour ne pas perdre d’alcool en quantité, et en bénéfices, ne le font pas tous au moment de la distillation. Des échantillons de l’alcool ont été envoyés dans les laboratoires de Yaoundé, pour étudier le « hâ » (nom de la boisson). 

 

Ce n’est pas la première fois qu’un problème tel que celui-là touche le continent. En 2014, au Kenya 80 personnes sont mortes après la consommation d’un alcool frelaté. Celui-ci était fabriqué de maïs fermenté ou de sorgho. Les quartiers pauvres sont les cibles les plus attractives pour les producteurs illégaux. Les symptômes à l’époque étaient les mêmes que ceux dévoilés par la radio d’État camerounaise. 

 

Un autre produit a fait l’objet d’une interdiction plus récemment. En Côte d’Ivoire cette fois-ci. La vente d’alcool en sachet plastique est maintenant interdite. Ces sachets composés de vodka, rhum ou autres liqueurs ne peuvent plus être commercialisés pour des raisons précises selon les autorités. Le but est de prévenir un impact sur la jeunesse, en particulier les étudiants. 

 

Mots-clés : alcool artisanal Cameroun - méthanol illégalité - afrique

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/ailleurs/un-alcool-artisanal-fait-19-morts-au-cameroun/1180