Plat du jour - Société

Le saumon bio, moins sain que le conventionnel

Ecrit par Bérengère Condemine le 28.11.2016

Être « copain comme cochon » avec le saumon, ne s’avère pas la meilleure idée. Le 25 novembre, la chaîne publique France 3 diffuse une enquête dans Thalassa « Global Saumon ». Des journalistes font l’étude du saumon en élevage bio (Irlande) et en élevage conventionnel (Norvège). À l’aide de 60 millions de consommateurs, des analyses démontrent que les saumons bio sont plus contaminés que les conventionnels. Le poisson préféré des Français passe au crible.

 

CC PIXABAY
 

Le monde publiait déjà, trois ans auparavant « Alerte rouge sur le saumon », après un reportage d’Envoyé spécial. Ce dernier éclairait les défauts de ce poisson. C'est maintenant au tour de Thalassa de faire son analyse. La firme Marine Harvest, leader dans la production de saumon d’élevage a accepté de lever le voile sur les coulisses de ce marché.  

 

En tout, 25 références de pavés de saumon et saumon fumé vendus en France font l’objet de l’analyse de 60 millions de consommateurs. Les résultats indiquent que dans le bio, la contamination se multiplie par six par rapport au conventionnel, « en métaux lourds par exemple ». Ces chiffres seraient la conséquence de la nourriture donnée à ce poisson gras. 

 

Les saumons en élevages bénéficient d’un régime à base de rations végétales, mais aussi de farines de poisson (en plus grande quantité dans l’aquaculture bio). Ces farines sont utilisées pour donner à l’animal une alimentation au plus près de ce qu’il aurait pu avoir en liberté. 

 

Toutefois, ces résultats ne doivent pas inquiéter le consommateur. Patricia Chairopoulos, journaliste auteur de l’enquête, explique à l’AFP (Agence France-Presse) que l’élevage conventionnel pour le saumon « s’est nettement amélioré par rapport à il y a quelques années ». De plus, que ce soit du côté bio ou de l’autre, « les limites maximales réglementaires » ne sont pas dépassées. 

 

Le saumon contient des Oméga 3 et de la vitamine D. Le Programme national Nutrition Santé le recommande, tout en veillant au grain. Chaque année, des contrôles sanitaires sont effectués par la Direction générale de l’alimentation, pour que les exigences réglementaires sur le marché européen soient respectées. 

 

Les analyses s’effectuent sur 60 000 prélèvements à l’année, donnant plus de 800 000 résultats « sur les différentes catégories de produits de la mer ou d’eau douce, sauvage ou d’élevage produits en France ou dans un pays européen ou pays tiers et mis sur le marché français ». En 2016, jusqu’à maintenant, l’étude de saumons du pacifique n’a pas montré de non-conformité aux règles européennes. De quoi rester sur les tables pour Noël.

Sources : 60 millions de consommateurs

 

Mots-clés : saumon aquaculture élevage - bio conventionnel pollution - consommation Norvège Irlande

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/societe/le-saumon-bio-moins-sain-que-le-conventionnel/1220