Plat du jour - Société

Le calvaire des étudiants en sous-alimentation

Ecrit par Lucie Pochet le 02.11.2016

Être étudiant n’est pas un rôle toujours simple à endosser au quotidien. Les soucis financiers sont le gros problème que rencontrent les jeunes, et peuvent même jusqu'à les priver de repas. Alors comment vivent-ils cette lutte jour après jour ? Et quelles sont les solutions pour les aider ?

 

CC. PIXABAY
 
La sous-alimentation qui existe chez certains est la conséquence directe du manque de moyens de ces étudiants. Certains ne mangent pas à leur faim, ou d’autres ne varient pas les aliments qu’ils ingèrent et n’en peuvent plus.

Pour ce sujet, 7 de table a interviewé une jeune étudiante de Paris, qui est actuellement en BTS communication : « Je suis, en ce moment, et depuis seulement cette année, en BTS communication et la vie d’étudiante est très difficile à vivre pour moi. Je ne suis, en plus, pas de Paris, mais de Bordeaux. L’année précédente, j’étais à la fac et c’était bien plus simple dans ma ville natale, j’avais ma famille, mes bons plans, mais maintenant, c’est terminé. J’ai, malgré tout, la chance d’être hébergée gratuitement chez un membre proche, mais cela ne suffit pas. En ce qu’il en est de mon alimentation, c’est la catastrophe. Je suis loin de manger à ma faim, puisque pendant ces trois dernières semaines, je me suis complètement privée le midi, je n’avalais rien. Deux repas par jour pour une jeune femme, c’est très peu, mais de toute manière quand je me nourris, cela se résume à une petite barquette de carottes râpée Franprix. En plus, mon école actuelle est payante, alors je dois la régler en priorité. Pour le moment, mes parents essayent de m’aider un maximum. Mais cela fait plus d’un mois que j’essaye d’obtenir le CROUS, mais rien n’y fait pour le moment, j’attends encore. J’ai perdu plusieurs kilos, et heureusement que quelqu’un de ma famille m’ouvre les portes de son appartement, sinon je n’aurais pas survécu ».

Beaucoup d’étudiants sont dans ce cas aussi, alors une multitude de forums sur les réseaux sociaux se créent pour s’entraider. Certains bons plans, comme des offres d’appartements, des menus à bas prix, ou des réductions étudiantes, sont postés sur ces sites et les étudiants se serrent les coudes. Les jeunes n’hésitent pas à s’écrire des messages de soutien. Il y a même des conseils pour manger des aliments coupe-faim tels que les fruits, ou encore une astuce pour ne pas se lasser (où plutôt se lasser moins vite) d’un plat de pâtes ou de riz avec les épices ou les bouillons.

Pour pouvoir « survivre », 73 % de ces étudiants doivent travailler en complément pour avoir le luxe de s’alimenter convenablement. Après une journée de 8h, et la fatigue qui vient avec, les jeunes doivent enchaîner avec des petits boulots pas toujours simples de évidents. Il y a également quelques aides prévues pour les étudiants en difficulté comme le CROUS, des tickets pour manger, des réductions pour les transports… Mais il est vrai que ce n’est pas simple de les obtenir, ou du moins, c’est assez long.


Source : Age Paris

 

Mots-clés : étudiant en sous-alimentation - difficulté de manger - bons plans et forums

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/societe/le-calvaire-des-etudiants-en-sous-alimentation/1098