Plat du jour - Société

La génétique expliquerait pourquoi certaines personnes mangent trop de sel

Ecrit par Bérengère Condemine le 14.12.2016

Une étude préliminaire, réalisée par American Heart Association, démontre que les personnes ayant une perception améliorée du goût amer, sont presque deux fois plus susceptibles de consommer trop de sodium par rapport aux autres. Les informations récoltées pourraient aider les gens à consommer mieux, avec des taux de sels adaptés, et recommandés pour la santé. 

 

CC Pixabay


Les chercheurs ont analysé les habitudes alimentaires de 407 personnes, dont l’âge moyen est de 51 ans, avec 73 % de femmes. Tous ont deux ou plusieurs facteurs de risque de maladie cardiaque et ont participé à une étude de réduction du risque cardiovasculaire dans le Kentucky. 

 

Le gène en question est le TAS2R38. Un constat, en comparant des personnes avec ce gène et sans, les chercheurs découvrent que ceux qui ont un goût amer plus prononcé mangent près de deux fois plus de sodium quotidiennement que ce qu’il n’est recommandé. La limite idéale pour l’American Heart Association est 1.500 mg par jour. 

 

Le sodium se trouve principalement dans le sel alimentaire, dans les aliments transformés, préemballés et de restaurant. Un surplus représente un facteur de risque de développer une pression artérielle élevée, entraînant parfois des crises cardiaques, et des accidents vasculaires cérébraux. 

 

« Il y a des recherches qui suggèrent que les personnes ayant un goût amer prononcé augmentent la quantité de consommation de sel, et donc de sodium. Une autre théorie est qu’ils utilisent le sel pour masquer le goût amer des aliments et ainsi consomment plus de sodium » explique l’auteure principale Jennifer Smith, Étudiant à l’Université du Kentucky College of Nursing. 

 

Choisir des aliments plus sains, et correspondants aux personnes atteintes de ce gène est l’objectif de cette étude. Les auteurs notent que même si les participants étaient pour la plupart blancs, les résultats seraient probablement similaires dans d’autres groupes éthiques, car 90 % de la population des États-Unis a l’une des deux variantes du gène étudié. Les chercheurs prévoient donc d’étendre leur travail à un groupe ethnique plus diversifié.
 

Source 

 

Mots-clés : héritage génétique gène - alimentation sel sodium - risque cardiovasculaire

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/societe/la-genetique-expliquerait-pourquoi-certaines-personnes-mangent-trop-de-sel/1224