Plat du jour - Economie

Les meuniers interpellent Emmanuel Macron : pas roulés dans la farine !

Ecrit par Gary Nicolas le 06.07.2017

Les entreprises de la Meunerie française souhaitent contribuer largement aux prochains États Généraux de l'Alimentation aux côtés de l'interprofession amont, les associations Intercéréales et ANIA (Association Nationale des Industries Agroalimentaires).  


La baguette magique : Artisan boulanger pâtissier à Richebourg
Conseil départemental des Yvelines, CC BY ND 2.0

 

Annoncés comme l'un des dossiers prioritaires du quinquennat d'Emmanuel Macron pour créer et mieux répartir la valeur, accompagner la transformation du modèle productif français et répondre aux attentes des consommateurs, les EGA débuteront courant juillet réunissant l'ensemble des acteurs de la filière agroalimentaire.

 

Lionel Deloingce, président de l'ANMF (Association Nationale de la Meunerie Française) indique : « Notre place au sein des Etats généraux est totalement légitime ! Les entreprises de la Meunerie sont au cœur de l'alimentation des Français très attachés à la qualité et à l'origine de leur alimentation. Sans farine, pas de pain ! Or les meuniers s'attachent depuis toujours à fournir, avec régularité, des farines d'excellence quelles que soient les conditions des récoltes ou de marché sans que les consommateurs ne s'aperçoivent de rien. Notre contribution aux travaux des EGA est indispensable, une industrie de la transformation des ressources agricole identifiée et reconnue est nécessaire. Nous abordons donc la tenue de ces états dans un esprit constructif et nous serons force de proposition pour la reconnaissance d'une filière trop souvent ignorée. »

 

La Meunerie française, une filière engagée
 

Souffrant d'un manque de visibilité alors même qu'elle est un acteur clé de la filière agroalimentaire, la meunerie est le lien indispensable entre les producteurs de blés, les collecteurs, les boulangers, les industriels de la panification et les industries de l'agroalimentaire. Malgré les distorsions de concurrence, le poids des taxes ou les aléas climatiques impactant les récoltes, la Meunerie a su maintenir l'emploi et la stabilité de son activité. Mais c'est aujourd'hui un secteur fragilisé souffrant de grandes difficultés, qui souhaite faire entendre sa voix.
 

Allègement de la fiscalité, suppression de la « taxe farine », baisse du coût du travail, accès facilité aux dispositifs de soutien à l'investissement et à l'innovation sont les principales revendications de la filière. Gagner en compétitivité est en effet devenue une nécessité pour les entreprises de la Meunerie Française, et ce afin de pérenniser et développer leur activité et mais aussi de répondre toujours mieux aux attentes d'exigences croissantes des consommateurs.

 

 

Mots-clés : meuniers france farine - céréales Macron environnement - pain farine meuniers

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/economie/les-meuniers-interpellent-emmanuel-macron-pas-roules-dans-la-farine/1813