Plat du jour - Société

La viande artificielle ? « Pas avant des générations sur le marché...»

Ecrit par François Jardin le 22.03.2017

C’est sûrement l’avenir en matière de production. Créer de la viande de façon tout à fait artificielle. La start-up Memphis Meats, basée à la Silicone Vallée, est spécialisée dans ce mode de production et elle vient d’ailleurs de fabriquer de la viande de poulet et de canard à partir de cellules souches de poulet.
 

 

Depuis quelques années, le corps scientifique semble s’intéresser à cette nouvelle façon de produire. C’est ainsi qu’on avait pu voir apparaître un burger, à Londres en 2013, garni d’un steak de boeuf de 142 grammes et produit intégralement in vitro. Ce burger n'est pas encore accessible à tout le monde puisqu'il s’est vendu pour 25 0000 euros. La viande de poulet et de canard développé par Memphis Meats leur a coûté, elle, plusieurs milliers de dollars.

Cependant l’entreprise californienne ne perd pas espoir et elle est encouragée par de grands groupes à poursuivre ses recherches. Son but est de réduire au maximum les coûts de production de cette viande qui est, à ses yeux, le mode de consommation de demain. Pour elle, la start-up développe des produits pleins de qualité puisque la production induit un impact environnemental réduit, des risques sanitaires plus faibles et le fait de ne pas abattre des animaux, en comparaison à la production de viande « traditionnelle ».

Les résultats sont-ils aussi convaincants pour les consommateurs? Les gouteurs notent que niveau gustatif, la viande est plus spongieuse au niveau de la texture, mais qu'elle est presque équivalente à un morceau de viande « traditionnel » en terme de goût. Cependant, selon Jean-François Hoquette, directeur de recherche à l’INRA à Clermont-Ferrand, l’acceptabilité de ce mode de consommation par les consommateurs se fera très lentement. C’est ce qu’il explique à la revue Science et Avenir : « D’après des études d'acceptabilités que nous avons menées en France, en partenariat avec la Belgique et l’Australie, la réaction des consommateurs vis-à-vis de ce type de produit est pour l’heure majoritairement de l’ordre de la répulsion en raison de son artificialité. Il faudra donc probablement plusieurs générations pour que la viande artificielle s’impose réellement sur le marché. »

Toujours aussi ambitieuse, la start-up Memphis Meats, elle, ne perd pas espoir et souhaite voir arriver ses premiers produits dans les réfrigérateurs des consommateurs en 2021. Si l’entreprise réussit à séduire les Américains, on lui prévoit de beaux jours devant elle puisque la consommation aux États unis de poulet est de 40 kg par an… en moyenne.

Ou sinon, il y a d'autres moyens... 

 

 

Mots-clés : viande laboratoire - artificielle poulet lapin - futur vegan

 

Retour en haut

http://7detable.com/article/societe/la-viande-artificielle-pas-avant-des-generations-sur-le-marche/1558